0
Lyon/Rhône-Alpes-Auvergne
06 89 86 76 06
a la une
Découvrir
Acheter
revue mytoc
La revue
de mytoc.fr
Lire notre revue

Le chanteur lyonnais a été élu meilleur artiste masculin lors de la cérémonie des Globes de cristal pour son album «Volver», enregistré en Argentine.

La victoire argentine de Benjamin Biolay

«Volver», revenir. Un album très attendu après son précédent, «Palermo Hollywood», lui aussi enregistré en Argentine.
Sur la pochette, un portrait noir et blanc. Le regard sombre. À l'intérieur, quelques images captées dans les rues de Buenos Aires : un chat blanc, une calebasse pour boire le célèbre mate argentin, une vieille voiture...
Quinze titres, mélange de français et d’espagnol. «Il ne faut pas toujours chercher à comprendre mes chansons», répète Benjamin Biolay. Pourtant, chacune raconte une histoire forte. Comme «Happy hour», interprétée avec Catherine Deneuve. Un titre écrit à la terrasse d’un café dans la capitale argentine. Un pneu de voiture éclate. Personne ne bouge, aucun signe de panique. Et une prise de conscience pour l’artiste : en France on aurait tout de suite pensé à un attentat. En quelques minutes, il écrit une déclaration d’amour à son pays : «Ce soir Paris a l'alcool triste». Très beau.
Autre chanson particulièrement réussie : «Volver». Titre mélancolique dans lequel Benjamin Biolay fait défiler sa vie et ses souvenirs. «Je voulais faire tout comme les riches tout en les maudissant au fond (...) Y'a pas 4 heures j'avais 20 piges, déjà les soucis d'un vieux con». Puis plus loin : «Y'a pas deux plombes j'avais 40, la vie était déjà moins marrante, tord boyaux couleur amarante, chaque été en douce pente».
Benjamin Biolay rend également un bel hommage à un autre lyonnais, Hubert Mounier, chanteur de L'affaire Louis Trio, mort l’année dernière. «Arrivederci mon ami c'est donc ici qu'on se quitte, moi en costume toi dans ta boite qu'on porte à quatre». Et qui se conclut par un au-revoir touchant : «C'est donc ici qu'on se dit à plus, je t'aurais bien gardé un peu plus».
Quelques chansons plus légères aussi. Comme «Encore encore». Titre sensuel et sexy interprété avec son ex-femme, Chiara Mastroianni. Caliente !
On découvre également un Benjamin Biolay rappeur sur «Hyper tranquille». Le chanteur l'avoue, il l'a fait pour Anna, sa fille adolescente qui le traitre régulièrement de ringard. Mais la sentence est tombée : elle préfère toujours Nekfeu !
Quinze titres originaux avec un Benjamin Biolay qui se réinvente sans cesse. L'Argentine semble l'inspirer. On en redemande.

 

Vos commentaires